Cartoparty Place des Romains : les 3R en mode Pro!

Dans le cadre du projet de réaménagement de la Place des Romains, les élèves de 3R ont participé à une Cartoparty : ils ont pu évaluer les flux de personnes empruntant cette place et faire des propositions d’aménagement.

Ils nous racontent cette matinée du 29 novembre 2018…

De la géographie grandeur nature, par Anne- Lydie, Kenan, Mahamat, Elvin :

Le jeudi 29 novembre, tous les élèves de 3R sont allés sur la Place des Romains.

Nous étions accompagnés par des personnes qui travaillent au service de l’urbanisme de l’Eurométropole : un géomaticien, un responsable , une chargée de mission et un informaticien. Ils nous ont donné le matériel, nous ont expliqué comment faire et sont restés toute la matinée. M. Elmahdaoui a supervisé les opérations.

Recueil des données sur les flux

 

De 8h à 8h55, on était dehors, debout et dans le froid. On a observé les flux, c’est-à-dire le déplacement de tous les usagers qui venaient des quatre coins de la Place des Romains. On devait noter d’où ils venaient et où ils allaient.

Cela nous permet de comprendre combien de personnes prennent tel ou tel chemin et de pouvoir adapter la Place à leur besoin. Toutes les 5 minutes, on devait noter si c’était un piéton, un adulte ou un enfant, un vélo, une voiture, une poussette, un bus.

Observation des flux autour de la Place des Romains le matin entre 8h et 8h55.

L’observateur devait regarder et noter les personnes qui venaient d’une rue et qui se rendaient dans une autre rue définie.

Puis on est allés en salle de Technologie et on a compté le nombre de personnes qui sont passés dans ce secteur.

 

Des outils informatiques pour analyser nos observations, par Anthony, Umit, Saifoullah :

On a téléchargé QGIS desktop, un logiciel qui permet de regarder les flux.

La carte du quartier sur OpenStreetMap.

On a récupéré une photo de la carte de la place des Romains sur OpenStreetMap. La carte est très précise.

Les flèches indiquent les flux.

 

 

 

On a rentré toutes nos données, c’est-à-dire les chiffres correspondant à nos observations: plus de personnes passent, plus la flèche grossit. On peut observer le nombre de personnes, le trajet qu’ils font et l’heure la plus fréquentée sur la place, entre 8h20 et 8h40.

 

 

 

 

Nos propositions de réaménagement de la Place des Romains, par Nathan, Xavier , Emilien, Sedat :

Nous sommes allés sur Sketchup, c’est un logiciel qui permet de modéliser en 3 dimensions notre environnement. Nous avons créé le périmètre de la place des Romains : nous avons fait des mesures de la place des Romains sur Google Earth, puis on les a appliquées sur Sketchup pour faire une maquette en 3D représentant la Place comme on l’imaginerait.

La place mesure 38m sur 40m. On a dû respecter l’échelle, certaines contraintes et les demandes des riverains qui habitent autour de la place.

Proposition d’aménagement de la place

Nous avons décidé de mettre sur la place des Romains :

  • des poubelles
  • des lampadaires
  • une fontaine d’eau potable,
  • des bancs,
  • un préau qui protège de la pluie,
  • un parc pour les enfants,
  • des plantations : des arbres et de la végétation
  • l’arrêt de bus.

    Elle commence à nous plaire, cette place…

    Sedat : Avec Elvin, j’ai représenté la place des Romains. On y a mis un arrêt de bus, un canisite, des bancs et un parc.

    Nous remercions beaucoup toutes les personnes de l’Eurométropole qui nous ont accompagnés toute la matinée, qui nous ont fait découvrir une autre manière de regarder notre environnement et nous ont proposés des outils de Pro pour analyser nos données.

 

UNSS FUTSAL: un début canon des benjamins(es)

Pour cette première sortie UNSS futsal de nos petits(es), la fête a été totale!

Les Benjamins ont gagné 6 matchs sur 6 avec 21 buts marqués pour 3 encaissés: du beau travail! M. Riebel est très fier de cette équipe pleine d’avenir car ses jeunes pousses sont presque exclusivement des élèves de sixième.

 

Les Benjamines, sous la houlette de M. Bellini, ont également parfaitement débuté: 2 matchs, 2 victoires et sans prendre aucun but. Tout cela grâce aux buts inscrits par Louna, Nour et Kawtar (meilleure buteuse du tournoi), à la défense de fer d’Ilyana et de Melike ainsi qu’à la vigilance de Sophie.

Vivement la suite!

MARCHE MEMORIELLE POUR LES 3ème : SUR LES TRACES DES POILUS A LA TETE DES FAUX

Quelques jours après le 11 novembre 2018, centenaire de l’armistice, les élèves de 3R racontent leur journée de marche sur les traces des combats qui ont opposés les Français et les Allemands sur le front de la Tête des Faux pendant la première guerre mondiale.

Le sommet où l’on a mangé à midi (Site crdp.fr)

Article rédigé par les élèves de 3R : Xavier, Elvin, Anthony, Saifoullah, Luca, Anne-Lydie, Umit, Nathan, Kenan, Sedat, Emilien, Mahamat.

La sortie à la tête des Faux a eu lieu pour nous le jeudi 27 septembre 2018. 6 classes de 3ème du collège Twinger y sont allées en septembre et en octobre.

On est arrivé en bus dans le village du « Bonhomme » dans les Vosges, situé à 690m d’altitude et nous sommes montés au sommet de la Tête des Faux à 1208m d’altitude. 520 mètres de dénivelé ! C’était dur !

Il y avait 4 professeurs accompagnateurs et il faisait beau. On y a découvert des vestiges français et allemands de la 1er guerre mondiale. (Xavier)

La randonnée dans la forêt, depuis le village du Bonhomme.

Un circuit bien fléché

Le cimetière français Duchesne (Nathan, Elvin, Saifoullah)

Ce cimetière français se situe au pied de la Tête des Faux. On a vu des tombes de chasseurs alpins et un monument aux morts avec des fleurs et des pommes de pin.

Monument aux morts du cimetière Duchesne
(Photo Joheina)

C’était important d’aller le voir pour y lire les noms des soldats français et pour voir comment était le cimetière.

Les tombes ont une forme rectangulaire. Les croix sont en pierre et les tombes ont des contours en pierre. Il y en a plus de 400.

Le cimetière Duchesne (photo Luca)

L’endroit est très propre et bien entretenu. C’est un endroit calme, qui impressionne.

La tombe d’un soldat français (photo Anne-Lydie)

Sur chaque tombe, le nom des soldats morts est écrit. On peut trouver des informations sur ces soldats en tapant leur nom sur ce site internet :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

Pour les soldats dont on n’a pas trouvé la plaque d’identité, ils sont enterrés dans l’ossuaire. Il y a 116 corps.

L’ossuaire (photo Anne-Lydie)

Les tranchées fortifiées ( Anthony)

Les Allemands, avant la première guerre mondiale, ont construit des tranchées fortifiées sur la frontière allemande (aujourd’hui en France) dans les montagnes. On les appelle « stunt punkt ».

Tranchées fortifiées allemandes
(Site lieux-insolites.fr)

Aujourd’hui les tranchées fortifiées sont détruites par le temps, par la végétation. Mais on voit encore les traces des tranchées, les trous d’obus, le reste des barbelés rouillés.

Restes de tranchées françaises dans la forêt
(Site lieux-insolites.fr)

Le funiculaire  (Kenan)

Un funiculaire est un train qui peut transporter des armes et autres matériaux. Cela facilite la vie des soldats : ils ne sont pas obligés de monter les armes lourdes et ils ne se fatiguent pas.

Le funiculaire est situé dans la montagne. Il partait du village du Bonhomme et arrivait à 1000 mètres d’altitude.

L’arrivée du funiculaire dans la forêt.
(Photo Kenan)

Les Allemands avaient creusé un tunnel de 1100 mètres de long jusqu’au sommet de la Tête des Faux. Cela permettait d’amener en première ligne, depuis le funiculaire, les munitions et le matériel. Actuellement, il reste juste l’arrivée en béton du funiculaire.

 

 

 

L’étang du Devin (Luca)

l’Étang du Devin est une tourbière : Une tourbière est une zone humide remplie de végétation.

L’étang du devin

Cet endroit est magnifique. La brume, au loin, laisse une espèce de mystère… Les arbres de couleurs, les rayons du soleil, tout est beau.

A l’époque de la guerre, les Allemands avaient installé une station de pompage pour chercher de l’eau et la monter sur le front.

 

 

Le cimetière Allemand (Sedat)

Dans ce cimetière, les soldats allemands étaient enterrés. Après la guerre, les familles allemandes sont venues chercher les corps pour les enterrer en Allemagne. Maintenant il ne reste plus de morts, mais il reste des morceaux de pierres tombales.

Les élèves qui découvrent le cimetière allemand.
(photo E. Rabin)

Interviews de quelques élèves de la classe (Umit)

J’ai demandé à quelques élèves : « quel lieu vous a le plus marqué ? »

Mahamat : C’est l’étang du devin parce que du haut de la colline on avait une belle vue sur la vallée et on a pu s’amuser avec les camarades en montant sur la colline.

Sedat : J’ai aimé le sommet de la Tête des Faux.

Emilien : J’ai été impressionné par le Funiculaire parce que du côté allemand, c’était beaucoup mieux organisé que du côté français.

Anne-Lydie : Moi ce qui m’a plu à la sortie à la Tête des Faux, c’est qu’on a passé un bon moment ensemble avec les 3R et l’autre classe. On a rigolé ensemble, et aussi avec les professeurs.

J’ai découvert la nature (forêt, étang, montagnes…), des cimetières Allemands et Français, des trous d’obus, les tranchées allemandes.

« La tombe d’un soldat français. C’était très triste à voir. L’endroit était très vide et très silencieux. »Anne-Lydie
(Photo Anne-Lydie)

Vous pouvez suivre notre trajet sur cette carte : il correspond au trait violet. Il faut marcher entre 4h et 5h pour faire ce tour.

Notre randonnée de la journée

 

KERMESSE DU SAVOIR ÊTRE COLLÉGIEN 2018

En ce mercredi 3 octobre 2018, il a été proposé à tous les élèves de 6ème, 10 ateliers d’une vingtaine de minutes pour découvrir les valeurs du « Vivre ensemble » au collège.

Après un petit discours de démarrage présentant les objectifs de la matinée, les élèves répartis en petits groupes ont pris possession de leur Fiche Passe-Partout.

Dans l’atelier particulièrement apprécié des élèves Estime de Soi et Education au sensible, encadré par MM. Cian et Rohmer, professeurs d’Histoire-Géographie, et Mme Gotesman en Français, ils doivent écrire 4 ou 5 de leurs qualités :

Scott se trouve sportif, drôle et positif tandis que sa camarade Chiara est organisée, fiable et « énergétique ». « Mais oui, je suis intelligent », se rappelle Mohamed qui conseille à son camarade de noter qu’il est « courageux et a du style ».

Plus loin, dans l’atelier Apprendre à porter secours, à l’aide de Mme Darraz, infirmière du collège, et de M. Mertz, professeur d’EPS et pompier volontaire, les 6e apprennent avec entrain un geste essentiel des premiers secours, la position latérale de sécurité (PLS).

« C’est important, si quelqu’un est blessé, de savoir appeler les secours, le faire respirer, tout faire pour que cette personne ne meurt pas », nous dit Ilyana.

Mais l’atelier qui fait sensation auprès des élèves est bel et bien l’atelier Relations Filles-Garçons, mené par 3 filles, Mmes Romilly, Ghozli et Rabin, respectivement professeures d’Allemand, Mathématiques et Français, et 1 garçon, M. Keller, professeur de Sciences Physiques. Les professeurs affichent une phrase au tableau « J’aime cuisiner » et les élèves doivent se placer sous une des trois étiquettes : « filles »,  « garçons » ou « filles et garçons ». Après commence un petit débat :

– Chez moi, mon papa cuisine aussi !

– Ah non, chez moi, c’est juste Maman et personne d’autre ! ».

Finalement, filles et garçons se mettent rapidement d’accord et optent tous pour l’étiquette mixte !

« Le papa peut aussi faire à manger ! […] Les garçons peuvent aussi faire ce que les filles font et les filles peuvent faire comme les garçons. […] Au début, on n’était pas tous d’accord, c’est pour ça qu’on a discuté et puis finalement, on trouve des points communs », nous raconte Lilia pendant la récréation.

Dans l’atelier Respect des Locaux, Mme Meyer et Mme Paulin, agents d’entretien, présentent leur métier et aident les élèves à trouver les « 7 erreurs » volontairement mises en place dans la salle. Camilia pointe du doigt les inscriptions au mur et lorsque Mme Meyer soulève une table, des commentaires tels que « c’est dégoutant » ou « c’est trop sale… » émanent à la vue des chewing-gums et des restes de colle. A la fin de l’atelier, les 6e se disent prêts à changer leur comportement, et à faire attention aux locaux.

A l’atelier Lutte contre le harcèlement scolaire, installés aux ordinateurs, les élèves font une enquête et un petit quiz sur le harcèlement scolaire, à travers un jeu intitulé « Serious Game ». Les élèves en parlent avec leurs professeurs et évoquent leurs possibles réactions : « J’en parlerais, j’essaierais d’aider».

5 autres ateliers ont également ouvert avec succès leurs portes aux élèves : Qu’est-ce que la Laïcité ?Adapter son langage à la situationS’engager contre les discriminationsConnaître le règlement intérieur du collège et les règles dans le sportGérer les conflits.

C’est dans la bonne humeur qu’élèves et professeurs se sont quittés, après quelques heures ludiques et agréables passées tous ensemble !

Lucie Poussardin, élève de 3ème D, reporter spéciale de la KS-EC, accompagnée de Mme Meyer, professeur d’Arts Plastiques et photographe pour l’occasion.

Un grand bravo à Lucie pour l’écriture du vivant article que vous venez de lire !

Comme elle l’a fort bien résumé, dans cette atmosphère sereine favorisée par un nombre d’élèves réduit et par une co-animation de 2 à 4 adultes au sein de chaque atelier — tous corps de métiers confondus — les échanges ont été fructueux ! Les élèves de 6ème, intéressés et dynamiques, ont bien participé.

Remercions également Laurianne, Léa, Sarah et Sélina, élèves volontaires de 3ème D, d’avoir encadré leurs jeunes camarades dans l’atelier Respect des locaux, leur montrant ainsi un bel exemple d’implication et de responsabilisation !

De beaux moments de partage qui seront poursuivis en heure de vie de classe, en fonction des problématiques que les élèves souhaiteront approfondir avec leur professeur principal, et avant tout, de leur détermination à devenir acteurs de leur propre épanouissement dans leur collège !

Claudie Luximon, coordonnatrice de la KS-EC.

BOURSE: attention date limite le 18 octobre!

Pour toutes démarches de demande bourse, munissez-vous de vos identifiants et mot de passe « Éducation Nationale » (ATEN) et veuillez cliquer sur le lien suivant:

https://teleservices.ac-strasbourg.fr/login/ct_logon_vk.jsp?CT_ORIG_URL=https%3A%2F%2Fteleservices.ac-dijon.fr%2Fts&ct_orig_uri=%2Fts

En cas de difficultés, vous pouvez prendre RDV au secrétariat de GESTION soit le mardi après-midi soit le vendredi matin.

N’hésitez pas, le personnel de gestion du collège se fera un plaisir de vous aider.

ATTENTION: DATE LIMITE LE 18 OCTOBRE 2018

Les élèves latinistes vous présentent le Koenigshoffen romain !

Ce dimanche 16 septembre de 14h à 17h30, les élèves latinistes vous présenteront les dernières découvertes des fouilles de Koenigshoffen, après y avoir eux-mêmes assisté en direct !
Au programme : des jeux pour devenir épigraphiste, et découvrir les mystères des inscriptions romaines de ceux qui vivaient à Koenigshoffen il y a près de deux mille ans, comme ils l’ont déjà fait au Musée archéologique de Strasbourg.
Où ? : à la Tour du Schloessel (accès par le Chemin du Schloessel, entre la rue de la Rotlach et la rue du Schnokeloch, en contrebas du parvis de l’église Saint-Paul) à Koenigshoffen
Françoise KIRNER
professeur de lettres classiques

La rentrée se rapproche

Après ces mois d’été ensoleillés, le chemin de l’école nous appelle…. 


Rentrée des élèves au collège

Lundi 3 septembre de 8h30-11h30 et 13h30- 15h30 pour les élèves de 6ème

Mardi 4 septembre de 8h- 10h pour les élèves de 5ème et 4ème

Mardi 4 septembre de 10h-12h pour les élèves de 3ème.

Reprise des cours pour tous les élèves le 4 septembre à 13h30.